1. Google Plus
    2. LinkedIn

    Psychothérapie Belgique

    Photo de Pierre Orban

    Psychologue Psychothérapeute

    N° de commission des psychologues/INAMI881211649

    Consulte à domicile

    Nom d'utilisateur :
    Pierre-Orban
    Sexe :
    Homme
    N° de téléphone :
    0485319170
    Contact :
    Prendre rendez-vous

    Articles

    EMDR : des critiques hâtives et approximatives

    zoom oeil de femme

    L’EMDR a été la cible de critiques acerbes de la part de certains chercheurs. Que faut-il en penser ?

    Qu’est-ce que l’EMDR?

    L’EMDR est une méthode psychothérapeutique développée pour le traitement du syndrome du stress post traumatique, un trouble clinique survenant dans environ 20 pourcents des cas, après un événement traumatique. Il s’agit d’une méthode d’intégration émotionnelle qui a notamment la caractéristiques de recourir à des mouvements bilatéraux (mouvements oculaires ou tapping) pour favoriser l’intégration émotionnelle.

    L’argumentaire critique d’Ost et Easton

    L’EMDR a été très critiquée par les chercheurs internationaux. En 2006, les chercheurs Ost et Easton ont formulé une critique de l’EMDR (eye movement desensitization and reprocessing) comme suit :

    1. 1) Les études comparatives indiquent que l’EMDR est au mieux de la même efficacité que d’autres méthodes classiques (comme l’exposition) pour le traitement du syndrome du stress post-traumatique.
    2. 2) Le mouvement occulaire (Eye Movement) n’a aucun effet.
    3. 3) Le retraitement, un processus central dans l’EMDR, n’a aucun effet
    4. 4) L’efficacité de l’EMDR n’est donc liée qu’à des effets non-spécifiques au traitement. Comme l'a ditMc Nally dans une critique célèbre: "Ce qui est efficace en EMDR n'est pas nouveau, et ce qui est nouveau n'est pas efficace.
    5. 5) Il serait préférable de recourir à une autre psychothérapie que l’EMDR.
    personnes qui discutent sous oeil

    Comme nous allons le voir, aucun des trois premiers points ne garde une pertinence en 2017, et de ce faite les quatrième et cinquième points sont eux aussi non pertinents.

    Réponse première critique : la validation de l’EMDR par études comparatives

    De très nombreuses études comparatives ont validé l’efficacité de l’EMDR (Bisson & al., 2013) pour le traitement du PTSD. Cette efficacité est supérieure aux psychothérapies de support ou aux techniques de relaxation. Elle est équivalente à la thérapie par exposition prolongée de Foa. Rien n’indique qu’elle est inférieure.

    logo avec évaluation

    Réponse deuxième critique : l’efficacité du mouvement oculaire

    Une grande étude empirique réalise en 2013 a montré que l’EMDR était plus efficace avec le mouvement oculaire que sans le mouvement oculaire (Lee et Cuijpers). Cet effet ne pouvait pas s’expliquer par un effet placebo. Cela ne signifie pas qu’il s’agisse nécessairement du mouvement des yeux, mais il s’agit effectivement d’une composante spécifique du traitement qui contribue à son efficacité. Notons tout de même que d’autres études sont encore nécessaires pour conforter et préciser ces résultats.

    Réponse troisième critique : la pertinence du retraitement

    Le retraitement de l’information est effectivement le processus central pour expliquer l’efficacité de l’EMDR d’après Shapiro (Shapiro, 2007). Cette conception n’est cependant pas spécifique à l’EMDR. Elle est également centrale dans la thérapie d'exposition prolongée de Foa, la thérapie qui était déjà la plus classique à l'époque de la critique d'Ost et Easton. Citons Shapiro et Foa pour le montrer:

    Shapiro (citée sur le site emdr.com) « …propose que la thérapie EMDR allège efficacement les troubles mentaux en traitant les composantes de la mémoire traumatique. Ces effets sont supposés survenir quand la mémoire ciblée est liée avec de l’information plus adaptative. Quand cela arrive, un apprentissage prend place, et l’expérience est emmagasinée avec les émotions appropriées pour guider la personne dans le futur. »

    Selon Foa et McLean : « la théorie de l’intégration émotionnelle propose qu’à fin de de réduire la peur pathologique avec succès, le traitement doit premièrement activer la structure de la peur, et en second leur, fournir de nouvelles informations incompatibles avec la structure de la peur existante. Comme décrit plus loin, la thérapie par exposition réussit effectivement ces deux objectifs. La structure de la peur est activée en aidant le client à approcher la situation qu’il craint (dans la vie réelle ou par imagination). Une fois activée dans un cadre sécurisant, un apprentissage correcteur se produit par l’intégration de l’information qui infirmes les conséquences craintes. (2011, p.1153)»

    Par contre, l'EMDR a une série de spécificités auxquelles Ost et Easton ne font pas référence. L’organisation d’une séance par des courtes séries de balayages bilatéraux, le ciblage de cognitions autoréférencées, la libre association et le cible d’événements anciens sont des exemples.

    Rester critique

    Il est toutefois justifié de critiquer l’EMDR et de rester vigilant face aux applications sauvages de cette méthode. Celle-ci peut en effet pousser les patients à se centrer émotionnellement sur des souvenirs d’enfance traumatiques. Hors, les études n’ont pas validé l’efficacité de ce processus tout en montrant qu’il présentait de clairs dangers. On peut également s'interroger sur la pertinence de vouloir nécessairement identifier une pensée négative auto-référencée. Cela, Ost et Easton ne l’ont pas relevé, peut-être parce qu’ils ne connaissaient pas suffisamment l’EMDR.

    Sources

    Bisson, J., Roberts, N.P., Andrew, M., Cooper, R. & Lewis, C. (2013). Psychological therapies for chronic post-traumatic stress disorder (PTSD) in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, DOI: 10.1002/14651858.CD003388.pub4 Research indicates that CBT and EMDR therapy are superior to all other treatments.

    Lee, C. W., & Cuijpers, P. (2013). A meta-analysis of the contribution of eye movements in processing emotional memories. Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry, 44(2), 231-239. doi:10.1016/j.jbtep.2012.11.001

    McLean & Foa. (2011) Prolonged exposure therapy for post-traumatic stress disorder: a review of evidence and dissemination. Expert Rev. Neurother. 11(8), 1151–1163

    Ost, J., & Easton, S. (2006). NICE recommends EMDR for Post Traumatic Stress Disorder: Why? Clinical Psychology Forum, 159, 23-26.

    emdr.com/frequent-questions/ , consulté en ligne le 03/08/2017

    Shapiro (2007), Manuel d'EMDR (Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires)